fantastique / ésotérisme / yi-king / mahàbhàrata / animisme
demons et merveilles
rejoindre l'inteface sonorisée
cliquez l'image pour
Démons et merveilles
cliquez sur les extraits numérotés pour y accéder directement

Extrait 1

les femmes-stradivarius

Elle marcha dix-sept jours et dix-sept nuits avant d’atteindre un lieu habité. Que sa déportation l’avait entraînée loin!
Les toits du premier hameau des Uriennes se dressèrent enfin.
(...)

Extrait 2

l'équerre et le compas

Telles des armes, il portait aux flancs équerre et compas. Ces instruments n’avaient jamais existé dans le grand Sahara, mais elle les connaissait par les descriptions de voyage de sa mère chamelle. (...)

Extrait 3

la dureté malléable

Amégali n’appréciait pas plus qu’Ectaline le royaume de débauche recréé par Palmyre. Elle l’acceptait sans s’y mêler. Elle ne s’était mêlée à rien dans la vie, seule... farouche... libre... (...)

Extrait 4

le barattage dans la mer de lait

- Je t’ai préparé un curry pour te mettre en forme, proposa-t-il.
Un curry au matin? Elle y plongea une lèvre qui aussitôt fut dévorée par mille épines carnivores. Quelle félonie! Le combat était commencé. (...)

Extrait 5

le viol

Le rite commença. L’officiant l’organisait dans une échelle d’offrande allant du presque rien au plus important. (...)

Extrait 6

les déesses de l'écorce

À son réveil, l’arbre mort avait refleuri. Ressuscité, il verdoyait, dégageant un fort tourbillon odoriférant où un musc animal se mêlait aux senteurs végétales. (...)

Extrait 7

s'offrir à être mangée

Les hommes avaient résisté à la Vue, à l’Ouïe, à l’Odorat, au Toucher. Il faudrait donc leur intégralité, atteindre le cinq qui ne saurait être une fin puisqu’il est le chiffre central. Cette pensée positive redonna du courage à Palmyre. (...)

Extrait 8

Simia, le singe de cristal

- Il était une fois, entonna Le Gengis Bleu, l’Er Töshtück, un singe maigre, ascétique, raisonnable, qui s’appelait Simia. Ce singe, descendu de l’arbre et déjà bipède, passait son temps une lunette d’astronome collée à un œil et la réflexion perdue dans les étoiles. (...)